Return to site

Le témoignage glaçant d’un ex-salarié de Lubrizol : "Il aurait fallu évacuer la ville"

"Dire qu’il n’y a pas de danger c’est mensonger"

Dire qu’il n’y a pas de danger c’est mensonger, car tous les produits sont très toxiques. Il y a une grosse quantité d’agents CMR [qui ont des effets cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction chez les professionnels qui ont été exposés, NDLR], par exemple de l’H2S ou sulfure d’hydrogène, un gaz qui sent l’œuf pourri. Quand vous le sentez tout va bien, mais c’est quand vous ne le sentez plus que vous êtes mort. Ce que je veux dire c’est que c’est pas parce que ça sent que c’est dangereux. A l’époque, on "dégazait" la nuit, c’est-à-dire qu’on lâchait des gaz dangereux exprès la nuit quand les gens dorment, pour limiter les risques. Maintenant ils sont traités, mais à l’époque ils n’étaient pas tous traités avant d’être lâchés dans l’atmosphère. La plupart du temps on n’avait pas de protection adaptées pour travailler : juste un casque, des gants, des lunettes, mais ça nous coulait sur la peau, et on avait une prime de douche. Certains produits étaient si dangereux qu’on devait les charger avec une combinaison, on les manipulait 30 minutes puis on se douchait pendant 15 minutes et ainsi de suite toute la journée. Par exemple à l’époque on travaillait avec du phénol, c’est un produit si toxique que si on en déverse 25 cm² sur votre corps, en moins de 2 ans vous développez un cancer et en mourrez.

Tout ça a brûlé, s’est vaporisé, et on ne sait rien… quelle proportion de produits chimiques se sont mélangés ? Quelles sont ses suies et comment vont-elles interagir avec le milieu ? Et puis avec l’incendie il y a des gaz dérivés de la combustion des produits brûlés qui sont extrêmement toxiques. Et le mélange de ces produits quand les fûts éclatent, ça donne des réactions chimiques qui donnent d’autres composés. Or quand on fait des analyses on ne trouve que ce que l’on cherche. Par exemple si on cherche du plomb, on peut trouver du plomb, mais si on ne cherche pas de cyanure on n’en trouve pas, alors qu’il y a du cyanure et tout un pannel de produits chimiques… Et puis les premiers experts interrogés sont ceux de la société donc voilà… Finalement, AZF c’était plus simple en terme de gestion. Là, on ne sait pas ce que ça va donner."

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK